Veuillez noter que ce texte a été traduit avec le traducteur de DeepL. C’est pourquoi il peut y avoir des différences par rapport à la version allemande. Merci de votre compréhension.

Society of Fire Shooters Basel : la tradition en perpétuelle évolution

Introduction
Fondée en 1466 par les guildes de Bâle, la Société des Tireurs de Feu est encore aujourd’hui une société de tireurs d’élite active et cultive les traditions historiques de tir. Elle entretient également la Schützenhaus, qui lui a été transférée en vertu du droit de la construction et qui est appréciée dans la région comme restaurant pour les exigences de la haute gamme. En été, le jardin avec ses châtaigniers ombragés invite à manger et à boire. L’association compte un nombre considérable de membres depuis de nombreuses années (plus de 300 actuellement).

Un travail de guilde
Revenons au vieux Bâle du XVe siècle, lorsque l’évêque de Bâle exerçait le pouvoir à la fois ecclésiastique et laïc. Le Conseil de Bâle (1431-1449) a réuni des personnalités et des savants de près et de loin et a laissé des traces durables : 1448 première usine de papier à l’étang de St. Alban, 1458 apparition de l’art de l’imprimerie et 1460 fondation de l’université.
L’artisanat et le commerce prospèrent et les guildes, qui ont vu le jour dès le XIIIe siècle, influencent de plus en plus le destin de la ville, tandis que le prince-évêque et la noblesse perdent peu à peu leur pouvoir.
En raison de ce changement de pouvoir non violent, les guildes étaient en fin de compte responsables de la défense de la ville. Après l’avènement de la poudre à canon, mentionnée pour la première fois dans les archives de l’État en 1360, les armes légères (appelées fusils) ont rapidement été développées en plus des canons. Ces armes complétaient les précédentes armes de coupe et de poignard et les arbalètes. Les armuriers ont été combinés en un corps tactiquement mobile, qui pouvait être rapidement déployé là où c’était nécessaire. Dans le cadre de ce développement, le Conseil a publié en 1466 les premiers règlements pour les tireurs d’élite (l’original est en possession de la Société des armes à feu), qui décrivent l’acquisition des armes, leur entretien et la formation des tireurs d’élite. En 1466, les guildes ont pris en charge la garde de la ville ; les 15 guildes de l’époque ont donc fondé la Ehrengesellschaft der Büchsenschützen (rebaptisée plus tard E.E. Gesellschaft der Feuerschützen Basel). Le 1er traîneau était composé de 81 hommes, 12 de chaque guilde de cordonniers, de tanneurs et de charpentiers, 11 de la guilde des forgerons, 10 de la guilde des tailleurs et des individus d’autres guildes.
Le maire sortant a participé en tant que représentant du conseil à l’acte d’élection de la société supérieure des armuriers de l’E.E. Seul un chef de guilde ou un conseiller peut devenir tireur d’élite.
Le stand de tir des tireurs à la carabine était situé devant la vieille muraille de la ville à Leonhardsgraben. Ce n’est qu’en 1498 que le Conseil met à la disposition de la Société une nouvelle zone, la “Schützenmatte”, “en dehors du Spalentor près du Teuchelweiher”, qui restera ensuite le champ de tir de Bâle pendant quatre siècles.

La Schützenhaus : centre de rencontre
La Schützenhaus a été construite entre 1561 et 1564, et l’aile principale est toujours inchangée aujourd’hui ; ce n’est qu’en 1915 que la Garden Hall a été ajoutée et en 1951 l’aile nord pour la cuisine et l’appartement. Au cours de ses presque 500 ans d’existence, la maison a connu des périodes extrêmement orageuses et a dû survivre à de grands dangers. Lors des inondations dans la ville basse, le Schützenhaus a servi de dépôt à diverses occasions et, pendant la Révolution française, il a également été utilisé temporairement pour héberger des troupes. Le champ de tir devant la maison a dû être déplacé de 200 mètres vers l’ouest en 1860 à cause du chemin de fer d’Alsace. En 1898, le conseil du gouvernement a décidé que le champ de tir de Schützenmatte devait être fermé après 400 ans de tir. Derrière l’Allschwilerweiher, dans le “Sauwinkel”, un nouvel emplacement pour le champ de tir a été trouvé, loin de la ville. Le développement urbain et les nouvelles lois ont obligé les pompiers et autres clubs de tir à planifier une rénovation complète de l’installation dans les années 1980. En 1991, le projet de loi visant à réaménager le champ de tir a été soumis au vote et a été rejeté par la population. Pendant quelques années, des dispositions transitoires ont permis de maintenir des opérations de tir réduites. En 2008, la fermeture a suivi et en 2013, la démolition partielle des anciens murs. Après une bonne centaine d’années, la seule solution qui restait aux tireurs d’élite bâlois était de déménager à nouveau. Cette fois-ci, encore plus loin en dehors de la ville, au stand de tir de Lachmatt, près de Muttenz.
Le Schützenhaus a cependant conservé sa fonction de lieu de rencontre. Le propriétaire de la propriété est la ville de Bâle. Un contrat de bail à construction a été conclu jusqu’en 2076, selon lequel le Schützenhaus doit être conservé en tant qu’auberge. La société des pompiers doit supporter les coûts de rénovation et d’entretien.

Des rénovations plus récentes ont été effectuées en 1961/1962 avec la restauration de la Schützensaal au premier étage dans sa forme originale et de 1986 à 1991 avec le renouvellement du toit, le réaménagement de la terrasse avec sous-sol pour la salle d’archives et d’exposition de la Société et la rénovation de la façade. Les modifications prescrites, telles que l’installation d’un ascenseur et de toilettes adaptées aux personnes handicapées, ont également dû être effectuées. Le Schützenhaus est placé sous la protection des monuments cantonaux et fédéraux et est l’un des plus importants monuments architecturaux de la Renaissance à Bâle.

L’assistant de l’artilleur
Depuis le XVIIe siècle, la Schützenknecht s’occupe du bien-être physique des hôtes de la Schützenhaus. À l’origine, il était en étroite relation de dépendance, par exemple en devant reprendre le vin des bénéfices de la société et servir les tireurs d’élite à des prix particulièrement avantageux. Plus récemment, les relations sont devenues plus coopératives. L’entreprise est intéressée par un fonctionnement sans faille et une utilisation appropriée des beaux locaux. Cela nécessite une forte personnalité, qui puisse satisfaire à la fois les souhaits des invités et les attentes de la société. Le Schützenhaus a toujours été dirigé par des hôtes exceptionnels, qui ont confirmé à plusieurs reprises la réputation de cet établissement unique en son genre en tant qu’excellent restaurant à Bâle.

Les pièces maîtresses de l’histoire de l’art
Au cours des presque 600 ans d’histoire sociale, une riche collection de biens de valeur historique a été créée. Unique est l’ensemble de 43 vitres de la Schützensaal des 16e et 17e siècles avec l’ensemble complet des vitres debout des 13 vieilles villes. Ce sont des cadeaux avec des scènes importantes de l’histoire des villages alliés ou des familles donatrices, qui ont été spécialement faits pour ce stand de tir. Ces magnifiques cibles peuvent encore être admirées aujourd’hui dans leur emplacement d’origine.
Le don de vitres était très courant à cette époque ; avec leur abondance de peinture, elles documentent la bourgeoisie florissante. L’ensemble de la Schützenhaus est la seule collection qui soit restée à son emplacement d’origine. Des collections similaires dans les maisons de corporation ont malheureusement été abandonnées, en partie parce que l’entretien et la restauration de ces vitres sont très coûteux. À l’occasion de son 525e anniversaire, la Société a publié un volume d’art sur cette collection unique de tableaux sur verre, qui a également reçu les éloges des experts. Lors des rénovations de la Schützensaal en 1961, on a notamment redécouvert les peintures de grisaille de 1562.

Une partie de nos trésors peut être consultée dans la salle d’exposition. Nous exposons de précieuses écritures et gravures anciennes, notamment les plus anciens règlements des tireurs d’élite de Suisse, ainsi que des trophées en argent uniques et les couverts en argent des supérieurs. Aujourd’hui encore, chaque supérieur est tenu de remettre à l’entreprise des couverts en argent portant les armoiries de sa famille gravées. De nombreux actionnaires nous font l’honneur d’une table sur laquelle sont gravées les armoiries de la famille. Dans les occasions de la haute société, les couverts en argent sont alors à la fois appliqués et la table personnelle est délivrée.

1605 : Grand compagnon tirant sur le tapis de tir
La somptueuse fête qui dure plusieurs semaines avec des délégations nationales et étrangères témoigne de la prospérité de la ville à l’époque et de l’attachement de la population au tir des compagnons. La figure centrale était le maître des planches ; il maintenait l’ordre et, avec beaucoup d’humour, appelait les pécheurs à la plate-forme, où il les fessait sur le sol avec une planche de bois. Cela a causé plus de bruit que de douleur. L’original du lit plat est exposé dans notre maison. Pour le 525e anniversaire, nous avons reçu une brochure richement illustrée sur le tournage de ce compagnon.
En 1827, 1844 et 1879, notre société a eu l’honneur d’organiser des fêtes fédérales de tir sur la Schützenmatte, avec chaque fois une énorme participation de la population locale.

Le cadeau du pantalon
Selon le règlement de tir de 1466, la ville accordait aux fusiliers l’étoffe pour un pantalon par semaine. Celui qui a gagné le pantalon ne pouvait pas le gagner une deuxième fois dans la même année. Cette contribution a duré jusqu’en 1887, mais cette coutume est toujours en vigueur aujourd’hui : Chaque jeudi, les “Pants” sont annoncés. Après le dîner, à l’annonce du classement, dit d’envoi, on remet la chope de la société et on félicite le gagnant en lui offrant un verre pour célébrer son succès. “Celui qui tire le mieux obtient le pantalon, donc vous obtenez la mesure.”

Tournage aujourd’hui
Selon une vieille tradition, la saison de la chasse commence en avril et se termine en septembre. Les tireurs actifs se rencontrent au stand de tir de Lachmatt le jeudi de 16h30 à 19h30 et tirent à 300 mètres, 50 mètres et 25 mètres. Sur les gravures “art” ou “chance”, outre le “pantalon” déjà mentionné, de nombreux legs, donnés par de nobles donateurs, sont tournés. La pratique du tir est suivie de l’envoi des legs dans le Schützenhaus après le dîner commun. Le maître de tir du jour lit la liste de classement avec les résultats. Une rencontre amicale conclut la fusillade de jeudi.
C’est une question d’honneur pour chaque tireur de tirer le programme fédéral obligatoire ainsi que le tir de terrain fédéral pour notre société.
En tant qu’invité permanent, le mercredi avant Martini, les tireurs se réunissent pour le traditionnel tir historique du Rütli. Peu de temps après, le tournage historique de Morgarten a lieu chaque année le 15 novembre. Pendant les mois d’hiver, les tireurs s’entraînent dans le grenier de la Schützenhaus sur une installation moderne de 10 mètres et occasionnellement dans le champ de tir à air comprimé de la Gellert-Schulhaus. En outre, l’entraînement au fusil, couché et à genoux, dans un stand de tir au laser a lieu pendant le semestre d’hiver.
Bien entendu, les tireurs se rencontrent également en dehors de la saison de tournage pour les dîners du jeudi et les réunions sociales.
Chaque année, au printemps, les cours pour jeunes tireurs commencent, dans lesquels de jeunes adultes intéressés de 17 à 20 ans sont initiés aux techniques de tir par des instructeurs formés à cet effet. De cette façon, nous essayons d’inspirer les jeunes pour le sport du tir et le tir aux armes à feu. Trouver des candidats possibles pour les cours de tir pour les jeunes est souvent un grand défi. Outre la propagande de bouche à oreille des actionnaires, nous comptons également sur les guildes et les sociétés de la ville. Les jeunes partenaires nouvellement rejoints sont soutenus jusqu’à l’âge de 25 ans de telle sorte qu’ils n’ont pas de frais pour les points de suture ni pour la couverture sèche dans le club de tir. Ce bel héritage a été soudoyé par les partenaires. D’autres legs rassemblent jeunes et vieux dans le cadre de la compétition de tir.

Événements sociaux
En plus du dîner hebdomadaire du jeudi déjà mentionné, nous cultivons un certain nombre d’occasions traditionnelles. L’année sociale commence en mars avec l’assemblée générale. Les points les plus importants de l’ordre du jour sont la fiche financière annuelle, le plan de tir et l’honneur du vétéran. Tous les quatre ans a lieu l’élection des supérieurs. Parmi les temps forts de la saison de tournage, on peut citer l’excursion dans les environs proches ou lointains, combinée à une séance de tournage, et le tournage final, un festival interne de tournage à la fin de la saison. Fin octobre, nous accueillons nos actionnaires et leurs proches amis au bal des pompiers au Schützenhaus. Un événement digne avec une atmosphère festive et crue jusqu’au plus profond de la nuit. De l’argent vieilli et de splendides décorations florales ornent la table et donnent à la soirée un caractère familial charmant.
Un jeudi de novembre, en présence de délégations de sociétés historiques amies et de l’armée, le dîner de match propose un programme richement chargé, avec un aperçu des meilleurs résultats de tir de l’année et l’envoi des résultats annuels. Après le traditionnel pot au feu et les discours, le “Glugger Sting”, le concours de la section lors du tournage final, sera envoyé. Une partie rouge et une partie bleue, correspondant aux couleurs du “Glugger” dessiné par chaque tireur avant le tir, se battent pour la victoire : le résultat, gardé top secret jusqu’au dîner du match, est révélé par un maître de tir de manière capricieuse. Les vainqueurs dînent aux dépens des vaincus, mais les vainqueurs ne laissent pas les vaincus mourir de soif.
Peu avant Noël, la chasse au chevreuil permet de faire un rôti de bienvenue pour les fêtes de fin d’année. Une belle table avec des cadeaux au dîner crée une atmosphère festive.
L’année sociale se termine par la Faucheuse du Supérieur, à laquelle sont conviés des invités du monde politique et économique ainsi que des guildes.

Hommage
Lorsque nous retraçons l’histoire de la E.E. Gesellschaft der Feuerschützen, nous rencontrons toujours des personnalités exceptionnelles qui ont façonné le destin, ont fait le pont entre les conflits et ont fait avancer la “charrette”. Autrefois, il s’agissait principalement de maîtres et de conseillers de guilde, mais depuis 100 ans, de plus en plus de personnalités du monde du commerce et de l’économie. Ce n’est donc pas seulement une heureuse coïncidence que la société ait pu préserver ce riche patrimoine culturel et historique. Une énorme volonté et un engagement personnel sont à la base de cette tâche. En outre, l’entretien d’un tel monument nécessite des fonds très importants, que nous ne pourrions pas réunir sans les généreux legs de nos actionnaires. Les structures actuelles et le travail d’une société vivante se reflètent également dans la réputation du Schützenhaus. Des experts compétents issus de nos propres rangs sont disponibles à tout moment pour toutes les questions d’entretien et de rénovation.

Chronique
La chronique est la publication de notre société et paraît six fois par an. En plus des résultats des tournages, il contient des rapports d’expériences à diverses occasions, des discours importants, des anniversaires de partenaires et bien plus encore. Les contributions éditoriales des chefs tireurs d’élite aux questions actuelles du développement social et du tir sont également d’un intérêt particulier.
La chronique est également lue attentivement en dehors de notre société. En outre, nous fournissons aux actionnaires et à un large public, via un site web (www.feuerschuetzen.ch), des informations sur notre entreprise et des détails sur le programme annuel.

La société finance
La société des pompiers dispose d’un budget financier respectable. Une distinction claire est faite entre les activités en tant que société de tireurs d’élite et le fonctionnement du club d’armes à feu.

Les héritages
Les legs des actionnaires ont une signification toute particulière. Ils peuvent être donnés en espèces ou en nature : Ils sont toujours l’expression d’un lien particulier avec l’entreprise. La tâche la plus importante du maître bagagiste est de gérer le grand nombre de legs conformément aux souhaits du fondateur et de veiller à ce qu’ils soient conservés ou renouvelés.

Financement
Alors que l’équipement de la salle d’exposition du Schützenhaus est autofinancé par des legs spéciaux, des hypothèques ont dû être contractées pour les investissements élevés des années 1987-1991 (renouvellement du toit, réaménagement de la terrasse et rénovation de la façade).

Notre avenir
Semblable à une guilde, mais pas à une société
Bien que la Société des pompiers soit une fondation des corporations, elle n’est pas soumise à la supervision du Conseil des citoyens et peut également accepter des membres qui n’appartiennent pas à une corporation et ne sont pas citoyens de Bâle. Comme les guildes, nous nous occupons de notre maison de société et nous faisons de gros efforts dans nos propres rangs pour préserver ce monument architectural. Le fait d’être accepté comme invité dans le cercle des sociétés et du maître embouteilleur honore la Société et est très apprécié.

Notre engagement
La Société des Tireurs de Feu veut poursuivre le large éventail de son engagement. Pour certains, la compétition sportive de tir, pour d’autres l’amitié et la convivialité, et pour d’autres encore la passion de la tradition est au premier plan. Les supérieurs élus par l’assemblée générale conduisent les affaires courantes conformément aux statuts de la société. Nous voulons faire en sorte que l’héritage de nos ancêtres conserve sa signification dans un monde en mutation et que les générations futures soient également un point d’orientation et un lieu d’amitié ; cela inclut également notre responsabilité pour la préservation du Schützenhaus en tant que monument historique.
Pour tous ceux qui vivent dans l’agglomération bâloise et qui s’engagent en faveur d’un développement moderne et contemporain de ce qui a fait ses preuves, il vaut donc la peine de s’engager pour la société dans le cadre des Feuerschützen. Nous sommes attrayants pour les jeunes, mais aussi un lieu de rencontre populaire pour les personnes âgées. Bien sûr, nous sommes particulièrement heureux des frères de la guilde et de la société, qui s’engagent également dans les Feuerschützen en tant que membres doubles.