ICI, LA TRADITION SE PERPÉTUE

La première mention documentée des Stadtschützen Wil remonte à 1420 et fait de cette Société de tir l’une des plus anciennes de Suisse. Celle-ci fête ses 600 ans d’existence avec diverses manifestations. (Note Coronavirus : en raison de la situation actuelle et de la décision du Conseil fédéral, tous les événements seront reportés à 2021).

Texte: Andreas Tschopp Photos: màd, Friedrich Kugler

En 1420, l’ancienne Confédération comptait huit cantons dans la Suisse centrale. En Suisse orientale, en revanche, la souveraineté était exercée par la Principauté de Saint-Gall, à laquelle la petite ville de Wil appartenait également depuis 1226. Pendant les guerres d’Appenzell (1400-1429), qui se terminèrent par un désastre pour le monastère et l’évêché, des «compagnons d’armes» s’y rassemblèrent pour faire leurs exercices. La mention documentée de 1420 constitue l’origine historique des Stadtschützen Wil, qui célèbrent désormais leur 600e anniversaire.

Une société depuis 1621
De plus, en 1520, un document mentionne que la première «maison de tir» était située à l’étang de la ville. En 1621, les tireurs à l’arbalète et au fusil s’unissent aux tireurs au mousquet. Ce fait est considéré comme l’acte fondateur de la Société qui organisa la première Fête cantonale de tir en 1838 et célébra officiellement son 300e anniversaire en 1921 par un concours de tir amical. Un an plus tard, la publication «500 ans de tir à Wil» fut publiée. La revue historique fut également incluse dans la publication commémorative publiée en 1995 à l’occasion du 575e anniversaire des Stadtschützen. D’ailleurs, les Stadtschützen Wil ne portent ce nom que depuis 1935. Auparavant, ils s’appelaient la Feldschützengesellschaft Wyl depuis 1886.

Les Stadtschützen Wil, réunis pour la photo de groupe, photographiés en septembre 2019.

La chronique a une suite
En 1970, deux ans après la mise en service de l’installation de tir de Thurau à l’extérieur de la ville saint-galloise de Wil, en terre thurgovienne, les Stadtschützen inaugurèrent un nouveau drapeau pour marquer le 550e anniversaire de leur existence. A l’occasion du 600e anniversaire, la suite de la chronique de la Société va être publiée. Celle-ci est financée par des sponsors. Les autres festivités sont financées par les propres deniers de la Société, explique Robert Signer, qui dirige le Comité d’organisation et qui, en tant qu’ancien Président (de 2008 à 2018), est désormais Président d’honneur des Stadtschützen.

Une tradition perpétuée: les écoliers portent les prix accrochés à des bâtons lors du défilé «Steckliträge».

L’espoir d’un essor
Les Stadtschützen de Wil perpétuent une vieille coutume en fin de saison des tirs avec le «Steckliträge» et attendent avec fierté les prochaines festivités du jubilé. Comme le souligne le Président du CO, Robert Signer, ils espèrent que cela améliorera l’image des tireurs et donnera un essor à la Société de tir, qui compte environ 200 membres, dont 150 sont actifs. Selon leur propre appréciation, au niveau national les Stadtschützen de Wil peuvent se hisser aux sommets au pistolet et se maintenir dans la première catégorie au fusil 300m.

www.stadtschuetzen-wil.ch

CONTEXTE HISTORIQUE

Les débuts de l’organisation du tir en Suisse se firent dans les villes qui connurent leur essor au 14e siècle. Cependant, on ne trouve que très rarement des informations concernant l’association ou la reconnaissance des tireurs jusqu’au milieu du 15e siècle. C’est ainsi que l’on sait que les tireurs à l’arbalète avaient leur propre foyer à Lucerne en 1424 et que la ville engagea le premier maître de tir en 1426. Une résolution du Conseil de 1429 mentionne pour la première fois une société de tireurs. Les tireurs de la ville de Lucerne se basent sur ce fait pour déclarer officiellement cette année comme étant celle de leur année de fondation.

On sait également que la ville de Zurich fit appel à un maître de tir de Strasbourg dès 1386 – année de la bataille de Sempach. Les exercices de tir au fusil sont documentés dans la ville de Zwingli depuis 1441. La plus ancienne trace écrite de la Société de tir est une invitation aux «compagnons de tir de Lucerne» en 1472 à une fête de tir au fusil à Zurich. Il existe une trace écrite encore plus ancienne pour Klingnau en Argovie, où les tireurs furent attestés pour la première fois en 1410. A cette époque, l’évêque de Constance, qui dirigeait la ville depuis 1269, offrit des fusils et des flèches à ses tireurs de Klingnau. En 2010, ceux-ci célébrèrent leurs 600 ans avec la consécration d’un nouveau drapeau.

Expéditeur : Magazine : « Tir Suisse »