Veuillez noter que ce texte a été traduit avec le traducteur de DeepL. C’est pourquoi il peut y avoir des différences par rapport à la version allemande. Merci de votre compréhension.

Le premier «Uli Rotach» est attribué à Toni Brunner

Photo : Le vice-président Ivo Koller remet au président Toni Brunner le «Uli Rotach» sculpté à la main.

Pour la troisième fois dans l’histoire de l’association de tir de Stoss, le tir commémoratif de la bataille de Stoss, désormais également lié au tir commémoratif de la bataille de Vögelinsegg, n’a pas pu être réalisé. En 1939, le tournage a été reporté à septembre en raison de la fièvre aphteuse, mais n’a pas eu lieu du tout en raison du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Un an plus tard, en 1940, le tir n’était pas non plus possible en raison de l’interdiction des munitions imposée par le gouvernement fédéral. Quatre-vingts ans plus tard, l’apparition du coronavirus a stoppé l’exécution de l’événement. Au moins, le conseil d’administration a pu inviter tous les sponsors et fonctionnaires à un apéritif commun. Le professeur Johannes Schläpfer, de Teufen, a fait un rapport intermédiaire sur les origines de l’histoire appenzelloise et a décrit en détail le déroulement de la bataille de Stoss avec son héros Uli Rotach. Le nouveau président du Stoßschützen-Verband, Toni Brunner, a ensuite été privé de la possibilité d’accepter le premier prix sculpté à la main, qui était en fait destiné au lauréat de cette année. (fä)

Bien à vous
chef de presse Stoss-Schützenverband